Qu’attendent les salariés de leurs employeurs ?

Les entreprises sont plus nombreuses à se consacrer à un objectif ultime : le bien-être de leurs collaborateurs au travail. Se soucier de cette dimension est bénéfique à la fois pour la société et pour le salarié. Ce dernier apprécie fortement le fait que son entreprise déploie les ressources nécessaires à la procuration d’une ambiance favorable au travail en tenant compte de son bien-être. De plus, il apprécie les efforts fournis pour améliorer la qualité de vie  au travail. Pour atteindre cet objectif, les entreprises doivent, dans un premier temps, détecter les besoins et les attentes réelles de leurs salariés. Découvrez plus d’informations pertinentes sur ce concept de bien-être au travail dans la suite de cet article.

Quelles sont les composantes du bien-être au travail ?

Le baromètre Edenred-Ipsos réalisé en 2016 a donné des indications sur des pistes de réflexion pour améliorer la qualité de vie au travail ainsi que le bien-être des salariés. Les résultats de cette étude ont démontré que le bien-être au travail est composé de dix éléments principaux regroupés en trois grandes familles. On peut évoquer :

Le cadre du travail : Cet élément comprend les équipements mis à la disposition du personnel ainsi que d’autres aspects tels que l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. En effet, un salarié qui se sent bien dans le cadre de son travail et l’environnement de proximité est plus productif et plus satisfait.

L’attention : Le salarié apprécie beaucoup le fait que le haut de la hiérarchie s’intéresse au bien-être au bureau et au cadre du travail. En effet, les collaborateurs s’attendent à ce que les managers s’intéressent à leur confort et mettent en place une vraie stratégie. Dans ce cadre, beaucoup d’entreprises planifient des séances de massage assis en entreprise pour réconforter les salariés. Ces séances ont des effets relaxants qui se sentent immédiatement. D’autres entreprises prévoient des activités sportives ou des team-building.

L’émotion : Parmi les composantes du bien-être, on peut évoquer l’émotion et le plaisir ressenti à l’arrivée au bureau. De ce fait, l’émotion ressentie par le salarié dans le bureau est d’une importance primordiale.

Le panel interrogé exprime une satisfaction globale par rapport aux éléments relatifs au cadre de travail. Cependant, ils apprécient moins les efforts fournis par les employeurs pour tenir compte de leurs émotions. On peut donc en conclure que les managers doivent tenir compte des éléments matériels avant de considérer les ressentis  des salariés.

La qualité de vie au travail : Quelles améliorations ?

Selon les résultats du baromètre Edenred-Ipsos, les salariés français sont satisfaits du bien-être au travail à raison de 67% contre 74% en Allemagne. Cependant, une bonne partie des personnes interrogées expriment leur mécontentement vis-à-vis de l’absence d’une stratégie active de bien-être au travail.

De plus, on retrouve aussi le besoin de reconnaissance. Ce dernier est exprimé à raison de 45 % chez les personnes interrogées. En effet, 45% des salariés déclarent que leurs employeurs accordent peu d’intérêt à leurs compétences et à leur formation.

Instaurer une démarche et une stratégie active de bien-être passe par plusieurs leviers sur lesquels l’employeur peut agir. D’abord, les managers doivent aider leurs collaborateurs à acquérir des compétences et du savoir-faire. Mettre à la disposition des salariés des outils pouvant faciliter leur quotidien est très apprécié. Les managers peuvent agir avec une approche collective. En effet, ils peuvent adopter des initiatives pour améliorer la santé des collaborateurs et instaurer une ambiance décontractée.

Les salariés attendent de leurs employeurs de s’intéresser à la dimension humaine dans la gestion de leur relation. Les ressources matérielles sont très importantes dans l’amélioration de la qualité de vie au boulot mais le côté humain est aussi important.

Leave a Comment

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>